Qui fait quoi pour AMÉLIORER la démocratie ?

Discussion sur les possibles entre habitants-professionnels-élus. Organisée par l’Institut de la Concertation et le Collectif Pouvoir d’Agir, avec la participation du Conseil Général de la Drôme. Mardi 23 septembre, Parc des Expositions, Valence.

Cette journée veut permettre la rencontre d’habitants, de professionnels et d’élus, porteurs d’expériences pour exercer de nouvelles pratiques démocratiques de construction de l’action publique. Elle se veut être un événement introductif à une démarche collective qui aura pour objet de mettre en dialogue les différents acteurs des territoires porteurs de ce changement démocratique. Ceci afin d’élaborer des éléments de méthodes et de recommandations qui faciliteront l’appropriation de ces nouvelles pratiques démocratiques. Un appel à contributions est lancé pour recueillir les expériences démocratiques à présenter dans un espace forum.

Source: reseauculture21.fr

Évaluez ceci :

Quelles évolutions pour le DÉBAT public ? | We Commit

Le colloque international sur le citoyen et la décision publique organisé par la CNDP les 16 et 17 juin dernier s’est clôturé sur la question de l’avenir du débat public en France. Quelles conclusions tirer des expériences passées pour construire une véritable culture de la concertation dans notre pays ? Pourquoi avons-nous du mal à débattre ?

Jacky Richard, rapporteur général de la section des études du Conseil d’État, recommande de respecter, avant toute chose, des fondamentaux éthiques : loyauté, transparence, indépendance… Plus le débat public est pluraliste, “plus les préconisations sont applicables et appliquées”Il faut parvenir à “organiser un débat dans lequel les citoyens se reconnaissent”, ajoute le commissaire général à la stratégie et à la prospective Jean Pisani-Ferry. Le débat citoyen ne doit plus se limiter à une simple consultation.

A travers le discours des différentes intervenants, l’idée de la création d’une loi code pour encadrer et “conditionner” le débat public fait son chemin. Xavier Beulin, le président de la Fédération Nationales des Syndicats d’Exploitants Agricoles, met en avant une certaine incapacité à appréhender les sujets de démocratie participative ; alors que Jean Pisani-Ferry souligne le problème de “perméabilité” entre les élus quant aux opérations de concertation.

Source: we-commit.com

via We Commit

@wecommit1

Évaluez ceci :

Participations » Les relations PARADOXALES entre conflit et participation : appel à proposition d’article

Une des spécificités de la Revue Participations est de promouvoir une approche élargie du champ de la participation qui n’exclue pas la question des mouvements sociaux (Neveu 2011), des conflits et des formes d’engagement non institutionnalisées. Cette question a été abordée dans certains textes mais jusqu’à aujourd’hui aucun numéro thématique de la revue n’a placé au centre de ses intérêts la question du conflit. L’objectif de cet appel est donc de proposer une réflexion sur les relations paradoxales entre conflit et participation.

Sur le plan théorique, le clivage principal oppose les défenseurs de la « démocratie délibérative » et ceux de la « démocratie agonistique ». Les premiers pensent que les conflits peuvent être affrontés et parfois dépassés, au moins provisoirement, par un processus de discussion argumentée entre les personnes affectées. Les seconds rejettent cette démarche qui risquerait de diluer l’antagonisme social au profit des intérêts les plus forts et les plus organisés.

L’observation de situations concrètes fait apparaître des relations complexes et souvent paradoxales entre conflits et processus de participation. D’un côté, la participation est censée déclencher ou bien élargir les conflits et elle est souvent crainte par les élus et les porteurs de projet qui redoutent de possibles effets négatifs liés à l’ouverture des processus de décision. De l’autre, la participation est considérée comme un instrument pour réduire ou même éliminer les conflits et donc pour soustraire le terrain aux mouvements radicaux. Le principal objectif de cet appel est donc de questionner ce paradoxe sur le plan théorique et surtout dans le cadre d’études ancrées sur des recherches empiriques.

Source: www.revue-participations.fr

via stephanie wojcik

@stephaniewojcik 

Évaluez ceci :