MUST

M.U.S.T. : Maîtrise d’Usage et Délibération Transmedia.   

Formation et échange de bonnes pratiques sur les nouvelles modalités de délibération transmedia, dans le contexte de projets ancrés dans l’espace urbain. 

Contenus, déroulement et objectifs de « M.U.S.T. »

1. CONTEXTE

Nous sommes un réseau informel de chercheurs, militants associatifs, urbanistes, artistes et informaticiens qui travaillons en plusieurs départements en Ile de France. Depuis plusieurs années, nous avons tissé des liens et mutualisé certaines de nos compétences. Fil conducteur de ces collaborations : la délibération citoyenne, socle éthique pour des actions à portée sociétale.

Aujourd’hui, nous sommes amenés à travailler ensemble autour de dispositifs hybrides, « transmedia », à la jonction d’ateliers de parole et de préconisations, d’outils de reportage « mobile » et de sites de débat sur Internet. Cette approche impose de concevoir des projets complexes, qui articulent plusieurs registres de communication et d’échange.

La manière dont on pose une question de société influe sur la teneur des ateliers organisés pour en discuter. Ces ateliers déterminent comment les témoignages recueillis sont enregistrés et diffusés. L’indexation informatique de ces contenus a un impact sur l’interface numérique qui permet de commenter, voter et pérenniser le débat en-ligne qui, à son tour, élargit la portée des questions débattues.

« MUST » représente un temps de réflexion indispensable que nous devons mener ensemble face à cette complexité. « MUST » s’organisera autour de plusieurs domaines d’expertise :

  1. Modalités de la décision : la notion de Maîtrise d’Usage ; une analyse de la dynamique inhérente à toute délibération, flux des rapports de force.
  2. Représentation des parties prenantes : les postures rhétoriques qui façonnent le débat – récits, rôles, masques, avatars.
  3. Design d’espaces de rencontre numériques : comment restituer les dynamiques de la délibération afin de bâtir un cadre « transmedia » pour étendre la discussion, la prolonger, l’archiver et surtout, rendre compte des conclusions.

Pour chacun de nous, il s’agit de bénéficier des expertises de l’autre et de bâtir, de manière très concrète, une méthodologie à la hauteur de cet horizon complexe.

2.  ACTEURS

« MUST » représente une initiative portée par plusieurs associations qui travaillent en Région Ile de France :

Maitrise d’Usage,

dirigée par Jean-Marie Hennin qui y associe « l’Atelier13 » et « incub’ ».
1, rue Nicolas Taunay
Paris 75014

www.maitrisedusage.eu, www.incub.eu

« Contrairement à certains propos, la maîtrise d’usage ne constitue pas un contre pouvoir. Il n’appartient pas aux habitants de dessiner le projet, prendre les décisions ou se substituer aux autres acteurs mais de formuler, formaliser, concrétiser, sur un temps long, leurs attentes, leurs rêves ou leurs refus . Ce travail, ces réflexions, « paroles et regards » d’habitants, constituent un cahier de préconisations qui est joint au cahier des charges techniques du projet, ensuite confié au maître d’œuvre.

Les effets attendus sont multiples: l’appropriation des projets par leurs usagers, la maîtrise du coût global par une meilleure définition des attentes, la reconnaissance de l’expertise des habitants par les experts techniques, la « participativ’attitude » et le rapprochement des habitants de la Politique, c’est à dire du « vivre ensemble ».

PHILOLAB,

fondée par Claire de Chessé,
c/o La Fabrique à ressort,
11 rue Sambre et Meuse
Paris, 75010.

Philolab est une association qui regroupe des chercheurs, enseignants et praticiens-philosophes dans le but de développer l’esprit critique et les compétences réflexives des citoyens ou futurs citoyens. Philolab élabore et expérimente des dispositifs et outils de réflexion collective auprès de différents publics et dans différents contextes (écoles, cité, monde du soin, entreprises, etc.). Philolab travaille en particulier à la constitution du réseau des « villes philosophes », afin de regrouper les villes qui souhaitent mener une politique volontariste en faveur du développement de la pratique philosophique auprès de leur population.www.philolab.org

LE CUBE,

Florent Aziosmanoff, Directeur de la Création.
20 cours St Vincent
92130 Issy-les-Moulineaux
http://www.lecube.com

Le Cube permet à un public de tous âges, amateurs et professionnels, d’appréhender le numérique de façon créative, à travers des initiations et des ateliers ouverts à tous, toute l’année, et adaptés à chaque niveau, de débutant à confirmé.
Le Cube mène également des actions scolaires de la maternelle au lycée et propose des formations pour les enseignants.

Par ailleurs, Le Cube mène en continu une réflexion et des échanges sur les évolutions de la création et de la société numérique. Il contribue à l’élaboration d’une pensée critique et au partage des connaissances sur les outils et les savoir-faire. Le programme de rencontres s’organise en cycles de séminaires, ateliers, conférences et tables rondes.

ASSOCIATION L’IMPOSSIBLE,

dirigée par Jean-Pierre Chrétien Goni, aussi directeur du Tiers Lieu « Le Vent Se Lève »
181 avenue Jean Jaurès
75019 Paris

http://www.leventseleve.com/

L’association l’Impossible a pour objectif de favoriser la pratique d’un art ouvert, c’est-à-dire d’un art conçu comme un acte de création s’inscrivant dans les espaces sociaux qui l’environnent. L’Impossible est donc un espace de création, de réflexion et de rencontres ouvrant à la fois sur des œuvres de création dans toutes les disciplines de l’art, sur des ateliers avec la population et des actions artistiques et culturelles en direction de publics dits empêchés ou en difficulté.

Depuis 2009, l’association gère dans le 19e arrondissement un lieu de création, de production et de diffusion intitulé « Le Vent se lève ». Elle a développé cette structure en y accueillant nombre d’équipes artistiques sous forme de résidence. Elle a par ailleurs engagé et amplifié de multiples partenariats sur le territoire notamment avec la Mairie du 19e arrondissement, la Ville de Bobigny, la Fédération de Paris de la Ligue de l’enseignement et les services pénitentiaires d’insertion et de probation de Paris.

Concert-Urbain,

dirigée par Carol-Ann Braun.
Tour Anvers
32, rue du Javelot
75013 Paris.

www.concert-urbain.org,
http://www.concerturbain.wordpress.com

Concert-Urbain expérimente des plateformes techniques innovantes au service d’un dialogue à portée citoyenne. La technologie que nous avons développée est à la croisée du débat et du sondage. Elle permet de :

diffuser des témoignages enregistrés sur téléphones mobiles,

– prendre en compte et visualiser de manière synthétique les opinions sur ces témoignages

– indexer contenus + opinons pour une analyse statistique.

Aujourd’hui nos outils s’adaptent à des usages « mobiles ». Il s’agit d’un contexte de design nouveau, à la jonction d’ateliers de parole, d’installations en plein air (QR Codes, entre autres), projections grand public et lectures individuelles sur écran. d’autant plus complexe qu’il repose sur un travail partagé avec d’autres associations dont nous devons anticiper les priorités et méthodes. Notre priorité aujourd’hui : trouver une méthodologie pour structurer la collaboration avec nos partenaires sur le terrain et mieux répondre ainsi à leurs attentes.  

PARTICIPATION CITOYENNE,

fondée par Clément Mabi, Romain Badouard et Armel Le Coz, aussi membres du collectif « Démocratie Ouverte »
10, rue du Docteur Paquelin
75020, Paris

Fondée en 2011, parTICipation citoyenne est une structure médiatrice à but non lucratif dont l’objet est de référencer, d’étudier, de soutenir et de promouvoir les technologies politiques et leurs usages à des fins participatives. Créateurs et animateurs de la boite démocraTIC (http://boite-democratic.fr), l’association allie conception (design), recherche et formation. Membre active du collectif francophone Démocratie Ouverte, l’association participe à améliorer l’efficacité et la responsabilité des politiques publiques, notamment grâce aux technologies numériques de l’information et de la communication (TIC) qui permettent plus de transparence, de participation et de coopération. 

A ces six associations s’ajoutent Sophie Largeau et Julie Maillegol du Conseil général Val de Marne, Direction des relations à la population, Créteil.  Leur projet « ET MOI AUSSI » est un modèle de « co-construction » et de design participatif.  Elles proposent d’animer une de nos formations (voir lettre ci-jointe).

3.  Objectifs général et particuliers

Il devient essentiel de comprendre et d’articuler nos initiatives respectives.  Tous, ensemble, devons consolider nos expertises et nos méthodologies. Notre approche est concrète, focalisée autour de la création d’éléments pour construire des interfaces « transmedia ».

Ce travail théorique se traduit concrètement par :

– Une série de 6 FORMATIONS limitées aux porteurs du projet « MUST ».

– Ces formations sont enregistrées et transcrites.

– Elles sont suivies de 2 FORMATIONS ouvertes aux MEMBRES des associations porteuses du projet et à leurs réseaux respectifs :

–  Travail au sein de chaque association, en petit comité.  Ajouts d’éléments de synthèse aux transcriptions (étapes, schématisation des relations entre différents supports de communication, modèles d’écrans…)

–  Ouverture « MUST » à l’ensemble du réseau, lors d’un cours collectif au Vent se Lève.

– Distribution d’un « Manuel pour une Délibération Transmédia  V01 ».   Méthodologie commune et mutualisée auprès des réseaux respectifs.

Objectifs particuliers 

Association Maîtrise d’Usage :

– Comment encourager, enquêter sur, représenter et distribuer la parole d’habitants-citoyens avec les NTIC

– Comment élargir le champ de la participation des habitants avec les NTIC (QR Codes implantés dans la rue, usage tel mobiles)

– Trouver de nouveaux moyens de susciter des réponses de la part d’experts et d’élus, dans un processus dialogique itératif renforcé par les NTIC.

Association Philo-Lab :

– Réfléchir aux interfaces numériques que l’on peut mettre en place pour favoriser la diffusion, la visualisation et le partage de réflexions produites lors des ateliers philosophiques Philoteam autogérés par les habitants et organisés dans le cadre du projet « villes philosophes »

– Réfléchir à la manière dont le dispositif délibératif autogéré Philoteam pourrait être adapté pour un usage  au sein des institutions participatives ou délibératives des villes (conseils de quartier, instances délibératives, dialogue social, etc.)

 Association Le CUBE/Art3000 :

– Tester l’universalité de la théorie du living art développée au Cube, au travers d’une application dans le champ des outils de la concertation.

– Imaginer des dispositifs adressant de larges publics, dans le cadre de la participation citoyenne non-instrumentalisés à l’échelle d’une ville.

Association L’Impossible :

– Nourrir le débat à partir l’expérience artistique

– Mettre en scène le débat avec des outils « transmedia ».

– Il s’agit d’un travail entre l’élaboration de la pensée et la production de récit. Le débat prend « du corps et de la  matière » à travers le récit, qui participe ainsi à la transformation de la pensée. ..

Association Concert-Urbain :

– Comprendre la spécificité de chaque facette d’une communication « transmedia »  lors d’un travail avec des habitants devenus « Maitres d’Usage ».

– Au nom de la transparence et d’une meilleure compréhension des enjeux d’un débat citoyen, faire que le design d’interfaces numériques « mette en scène » la rencontre de TOUTES les parties prenantes.

– Mieux comprendre la mise en « action » de récits qui mobilisent l’attention et l’imaginaire des participants et donnent ainsi « corps » à un débat.

Association parTICipation citoyenne :

– Coopérer autour de la conception d’une méthodologie et d’un guide de la participation citoyenne articulant présentiel et distanciel (en ligne et hors ligne).

– Continuer à étudier et expérimenter des dispositifs de transparence, de participation et de collaboration dans l’objectif d’améliorer les modes de gouvernances en y impliquant d’avantage les citoyens.

4. CONTRAINTES

Notre priorité : commencer à élaborer et à maîtriser un vocabulaire et une méthode « transmédia » pour l’animation de nos ateliers et la mise en place de dispositifs de participation/création citoyenne. Pour assurer la qualité et l’efficacité de nos échanges, nous devons nous limiter à un travail théorique « entre nous ».

Seule les dernières étapes de « MUST » seront ouvertes à nos partenaires, lorsque nous définirons notre méthodologie, engagerons la rédaction du « Manuel pour une Délibération Transmedia V01 » et inviterons l’ensemble des réseaux à partager un nouvel horizon de collaborations (voir suite).  

5.  METHODE

Notre méthode est créative et partagée. Jean-Pierre Chrétien-Goni de l’Association l’Impossible l’exprime ainsi : « On ne peut pas penser la contribution sans penser la notion de commun. Contribuer, c’est élaborer un commun….Le commun n’est pas le dénominateur minimal qui nous rassemble, ce n’est pas le minimum accordé pour faire croire à une communauté. ….Le geste de contribution est un geste créateur. Il n’est pas nécessairement original. Mais il y a tout de même contribution, levée. Le geste de participation, lui, est une fausse délégation de parole – c’est un espace commun falsifié et construit par en haut. »

Il s’agit donc pour nous d’agir ensemble plutôt que de nous écouter tour-à-tour. Pour reprendre les termes de Jean-Pierre, « C’est une façon aussi de mettre le partage au centre. Un partage qui ne serait pas un ‘don’…. Il ne s’agit pas de dire ‘ ces gens-là m’apportent beaucoup’, ’c’était formidable, j’ai beaucoup appris.’ Il faut aller jusqu’à l’expression de ce partage, jusqu’à l’élucidation des points de vue. Car quand quelqu’un vous apporte quelque chose à son insu, ce n’est pas sûr qu’il y ait partage. »

Au delà du partage de pratiques, il s’agit concrètement de :

– jeux de rôles

– pratique de sites

– design d’interfaces

– création de scénarios transmédia

Notre méthode est donc ancrée dans des exercices « appliqués », qui mèneront à des réalisations/schématisations concrètes.  Celles-ci informeront à leur tour le design de prototypes, esquissés ensemble (et développés par la suite en fonction des attentes et des moyens de chacun).


 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s